Autres biscuits

Autres biscuits

Affichage par page
Trier par

LU Barquettes aux fraises 120gr

Référence: BIS1017

LU Barquettes de Lulu sont des biscuits legers et croquants nappés de confiture de fraises associée au moelleux de la génoise.

1,95 €

LU PRINCE biscuit chocolat vanille 6pcs 150g

Référence: BIS1023

LU PRINCE sont de délicieux biscuits ronds et croquants fourrés de crème vanille légère et enrobés de chocolat. Paquet de 150gr (6 biscuits)

3,25 €

LU PRINCE fourré crème vanille 300gr

Référence: BIS1026

LU PRINCE sont des biscuits aux céréales fourrés d'une crème à la vanille. Le Prince de LU est le biscuit le plus apprécié de Belgique

1,80 €

LU PRINCE pocket vanille (10x2 biscuits) 400gr

Référence: BIS1028

LU PRINCE sont des biscuits ronds et croquants fourrés d'une délicieuse crème à la  vanille. Le biscuit classique au format ultra pratique

3,50 €

LU Belvita duofourré yaourt 253gr

Référence: BIS1038

LU Belvita duo fourré yaourt sont des biscuits idéal pour le petit déjeuner car ils sont riche en fibre, vitamines, minéraux et calcium

4,25 €

LU GRANY Fruitcrisp fruits des bois 197gr

Référence: BIS1046

LU GRANY Fruitcrisp sont des biscuits croustillants aux fraises, aux framboises et aux mûres. Paquet de 197gr

2,99 €

LU GRANY Moelleux abricot-pomme 195gr

Référence: BIS1057

LU GRANY sont des biscuits au muesli et aux fruits secs. Idéal pour le goûter en pique-nique à l'école après le sport ou un effort physique

3,50 €

LU GRANY Moelleux amande-abricot 195gr

Référence: BIS1058

LU GRANY sont des biscuit au muesli: amandes et abricots. Idéal pour le goûter en pique-nique à l'école après le sport ou un effort physique

3,50 €

LU GRANY Fruitcrisp pomme-cannelle 197gr

Référence: BIS1070

LU GRANY sont des biscuits croustillants à la pomme et à la cannelle. Chaque boîte contient 16 biscuits emballés par 2 pour un total de 197g

2,99 €

BONI SELECTION Rochers coco 400gr

Référence: BIS1103

BONI SELECTION Rochers coco sont de délicieux petits gâteaux contenant 31% de noix de coco. Paquet de 400gr.

2,25 €

Moulin Pivert Twibio biscuits figues 150gr

Référence: BIS1176

MOULIN PIVERT Twibio sont des biscuits fourrés aux figues, raisins secs et flocons de pommes sucrés au sucre de canne brut et sirop de blé..

4,50 €

Moulin Pivert twibio biscuits myrtilles 150g

Référence: BIS1177

LE MOULIN DU PIVERT twibio sont des biscuits fourrés aux myrtilles et à la purée de pommes. Sucrés au sucre de canne roux et au sirop de blé

4,50 €

Autres biscuits

ÉPICERIE BELGE CHOCKIES

AUTRES BISCUITS

Dans le tombeau du pharaon égyptien TI, de la Ve dynastie, des peintures montrent un ouvrier qui attise le feu d’un four où cuisent des galettes. L‘idée d’incorporer à la pâte quelques assaisonnements comme des matières grasses et des produits sucrés suffit à donner naissance à la pâtisserie. Pâtisserie, biscuiterie et boulangerie se sont lentement différenciées au gré des mille et une manières de travailler la farine des céréales. À l’époque de Périclès, les Grecs savent déjà préparer de nombreuses variétés de pains. Les « dipyres », ou pains cuits deux fois, signent la naissance du biscuit. La boulangerie à Rome ne prend son essor que lorsque les boulangers grecs viennent s’y établir. Au contact des Romains, les Gaulois apprennent l’art de la boulangerie et le pain cuit devient la base de leur alimentation. Au Moyen Âge, en Occident, avec l’emploi de la cuisson au four en remplacement des autres modes de cuisson, le biscuit prend une forme qui reste inchangée encore au xxie siècle. C'est à cette époque, dans les coulisses des croisades, qu'on commence à y ajouter des épices de l’Orient telles que la cannelle. Le biscuit est surtout utilisé par les marins à l'époque, puisqu'il restait comestible plus longtemps que le pain. Au xve siècle, on apprécie les « nieules » (échaudés parfumés à l’anis) et les « talmouses » gâteaux feuilletés, régal de Louis XI, qui les aime surtout accompagnés de brie. Il permet aux pâtissiers de travailler le dimanche. L’influence de Catherine de Médicis. Lorsque Catherine de Médicis arrive à la Cour de France en 1533 ; accompagnée de ses pâtissiers florentins, nous découvrons la brioche et les biscuits à la cuiller, ces derniers donnent naissance au boudoir au xixe siècle. Les cuisiniers de Catherine de Médicis apportent également les macarons et les frangipanes, douceurs élaborées par Frangipani, personnalité italienne du xvie siècle au sujet duquel l’histoire ne s’est pas accordée. Au xviie siècle, les biscuits sucrés ou salés sont de plus en plus variés et parfois parfumés ou aromatisés à la vanille, au café, au chocolat, à la noix de coco, à l’anis… mais aussi fourrés à la confiture, aux fruits frais ou secs. C’est au xviiie siècle que naît l’expression « petits fours » qui désigne de petits articles cuits à « petit four », c’est-à-dire à four presque éteint, après la cuisson de grosses pièces. C’est probablement aussi au xviiie siècle que les premières gaufres sont apparues. Issues de l’allemand Wabe, elles étaient souvent vendues dans la rue à la criée. À l’époque moderne, l’utilisation du beurre et la mise au point de nouvelles techniques de préparation de la pâte (le feuilletage par exemple qui est imité du moyen-orient) sont déterminantes. En 1653, le pâtissier François de La Varenne codifie la préparation des biscuits en conseillant le travail « au ruban » qui consiste à faire mousser le mélange de sucre et d’œufs. Les biscuits deviennent plus moelleux. À partir du xixe siècle, la géographie spécialise la fabrication biscuitière : des spécialités régionales se différencient nettement. L’industrialisation de la production renforce le phénomène et prend naissance d'abord en Angleterre puis en France. Vers 1840-1848, à Bordeaux, Jean-Honoré Olibet et son fils Eugène (1843-1915), boulangers de profession, créent la première industrie de biscuits secs avec la marque Olibet qui s'affirme dès 1862-1868. Elle sera suivie par Pernot à Dijon (1870), Lefèvre-Utile à Nantes (1883), la Biscuiterie nantaise (1896), puis Gondolo (1898) et Belin (1902), etc. La biscuiterie sec industrielle française est née à Bordeaux pour une raison simple : la marine marchande et militaire réclamait des biscuits pour ses équipages, sur le modèle de ceux utilisés par la marine britannique, qui consommait du biscuit de mer amélioré. Sous l’influence des habitudes alimentaires et des préférences gustatives des bourgeoisies marchandes des ports du Nord de l’Europe, les recettes des biscuits du Nord de la France sont marquées par l’utilisation de sucres locaux, comme la vergeoise (sucre de betterave) ou importés, tels le sucre muscovado ou encore le sucre rapadura. Les épices, tel le mélange spécifique d’origine hollandaise composé de gingembre en poudre, de cannelle et de cardamome, parfument par exemple les spéculoos. L’histoire politique et les influences allemandes, autrichienne et polonaises expliquent le poids culturel de certains biscuits dans l’Est de la France, tels que le biscuit rose, le goûter sec, le pain d’épices ou la madeleine. Issus de la pâte de pain